ENTRE THIERS ET LAGUIOLE

PLUS DE 130 FORGES ET MANUFACTURES DANS TOUTE LA FRANCE

A Laguiole, selon les archives, au moins 4 “couteliers” vivaient au milieu des années 1860. Outre Jean-Pierre Calmels, déjà cité et souvent cité, il s’agissait de forgerons nommés Pages, Mas et Gleize. Tous ces forgerons, et d’autres encore, ont cependant atteint un jour leurs limites de production, et les couteliers de Thiers ont alors été sollicités – avec succès. Cependant, à un certain moment au début du XXe siècle, et également en raison du déclenchement et des conséquences de la Première Guerre mondiale, la production de couteaux de Laguiole s’est arrêtée à Laguiole même, tandis que la production se poursuivait à Thiers.

C’est en principe aussi le problème de l’indication d’origine protégée manquante, les forgerons de Thiers revendiquant désormais le Laguiole pour eux-mêmes, notamment parce qu’ils avaient travaillé ces dernières décennies à sa préservation. Le litige semble avoir été réglé et il a finalement été convenu de produire simplement différents types et styles de couteaux de Laguiole – à Thiers et à Laguiole.

Il en résulte actuellement plus de 130 forges et manufactures dans toute la France qui produisent nominativement des couteaux de Laguiole. Il existe en outre des couteaux de cuisine et des couverts de sommelier – et surtout le couteau de Laguiole en tant que symbole de statut individuel.

Something is wrong